Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

House of Music


Blur, Héros de Hyde Park

Publié par Briac Subrin-Bigot sur 22 Juin 2015, 23:19pm

Catégories : #Concerts

Blur, Héros de Hyde Park

Après leur retour discographique réussi grâce à « The Magic Whip », les quatre anglais jouaient ce samedi un concert géant explosif et triomphal dans le parc londonien.

Blur à Hyde Park, c’est presque devenu une habitude. Ce concert du 20 juin 2015 est le quatrième sur la scène du célèbre parc de la capitale depuis la reformation du groupe en 2009. Mais cette fois-ci, le concert est légitimé par « The Magic Whip », nouvel album sorti il y a quelques semaines qui redonne de la pertinence à un groupe qui commençait à sentir le placard.

Après un après-midi animé par les performances de Drenge, The Horrors, Jupiter and Okwess et Metronomy, Blur arrive sur scène peu après 20 heures. Damon Albarn harangue les dizaines de milliers de personnes pendant que le reste du groupe s’installe tranquillement pour débuter « Go Out », premier extrait de « The Magic Whip ». Le lourd son de la basse d’Alex James et le refrain déjà repris en cœur marquent une remarquable entrée en matière. Le riff reconnaissable entre mille de « There’s No Other Way » ne laisse pas retomber la pression, qui ne retombera d’ailleurs jamais vraiment.

Cela est bien entendu dû à la quantité incroyable de tubes du répertoire de Blur, qui ne se prive pas de faire apparaître dans sa setlist. « End Of A Century », « Beetlebum » ou « Girls & Boys » ne laissent place à aucun temps faible. Les nouvelles chansons sont elles parfaitement insérées parmi les vieux succès au point que « Lonesome Street » ou la rassembleuse « Ong Ong » ne souffrent pas de la comparaison.

Sur scène, la machine est bien rodée par les années (malgré quelques erreurs pendant le rappel) et pas encore rouillée par l’âge. Damon Albarn tient à merveille son rôle de leader, parcourant énergiquement la scène d’un bout à l’autre et prenant des bains de foule. Le chanteur s’improvise à deux reprises distributeurs de glaces, provoquant l’émeute autour de lui. A l’autre bout de la scène, Alex James détonne, clope à la bouche, par son flegme à toute épreuve, Graham Coxon semble toujours aussi appliqué à sa tâche et le batteur Dave Rowntree brille par son professionnalisme.

De l’autre côté des barrières, dans la fosse qui s’étend sur une centaine de mètres, l’ambiance est également au rendez-vous. En son pays, Blur est un véritable phénomène populaire et draine un public transgénérationnel qui reprend en cœur toutes les chansons. « Tender » est incontestablement la favorite d’Hyde Park et se mue en véritable hymne de stade tout comme « Parklife » (avec Phil Daniels en special guest) et son refrain phénoménal. Comme prévu, « Song 2 » est un autre climax du show et l’occasion d’un gigantesque pogo sur le devant de la fosse.

Comme à l’accoutumée, c’est le classique et réussi « The Universal » qui vient conclure les deux heures de concert qui auront prouvé tout l’aura que possède encore Blur en Angleterre. Alors que l’agenda de Damon Albarn s’annonce chargé pour les mois à venir (une comédie musicale inspirée d’Alice au pays des merveilles, Gorillaz…), l’avenir de Blur semble plus incertain. Rendez-vous (peut-être) dans douze ans pour l’album come-back.

Blur, Héros de Hyde Park
Blur, Héros de Hyde Park
Blur, Héros de Hyde Park
Blur, Héros de Hyde Park
Blur, Héros de Hyde Park

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents