Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

House of Music


"The Magic Whip" : Blur version 2015

Publié par Briac Subrin-Bigot sur 30 Avril 2015, 20:08pm

Catégories : #Chroniques d'albums

"The Magic Whip" : Blur version 2015

12 ans après leur dernier disque, les Anglais présentent "The Magic Whip", un album sans surprises mais réussi et qui ne tombe pas dans la nostalgie.

Ils le répètent à longueur d’interviews : ces nouvelles chansons n’étaient pas initialement destinées à sortir. Après une série de sessions intensives à Hong Kong en 2013, les quatre Blur étaient retournés à leurs occupations personnelles, laissant les bandes au placard. C’était sans compter la volonté de Graham Coxon, bien décidé à remettre en route la machine Blur. Avec l’aide du producteur Stephen Street (qui a déjà travaillé sur plusieurs albums du groupe), le guitariste remet de l’ordre dans ces heures de musique avant de présenter le résultat à Damon Albarn. Conquis, le chanteur écrit de nouvelles paroles et redonne vie au groupe.

Bien que jamais officiellement séparé, et des concerts gigantesques à Hyde Park en 2009 et 2012, Blur n’avait pas sorti d’album depuis "Think Tank" en 2003. Et il faut remonter à 1999 et "13" pour un album enregistré au complet, Graham Coxon ayant été écarté pour des problèmes d’alcoolisme au moment de "Think Tank". "The Magic Whip" remet donc Blur au cœur de l’actualité musicale et lui redonne ainsi de la crédibilité. On sentait le groupe britannique tomber dans le syndrome du vieux groupe donnant des concerts pour fans nostalgiques sans sortir la moindre nouveauté.

Le disque était donc tout naturellement très attendu depuis son annonce en février dernier. Et la première chose qui saute aux yeux à la première écoute, c’est à quel point "The Magic Whip" sonne familier. L’album semble être un mélange de différentes époques de Blur. L’entrée en matière rappelle les succès britpop de "Parklife" avec "Lonesome Street" tandis que le single "Go Out" et sa basse entêtante auraient pu figurer sur "Think Tank". Malgré cette richesse de styles, l’album est cohérent et chaque chanson trouve sa place, sans que le groupe de Damon Albarn ne tombe dans la démonstration.

Etonnement, "The Magic Whip" regorge de moments de simplicité, qui frôle parfois la naïveté ("Ice Cream Man"), que l’on avait pas vu depuis longtemps chez Blur. "Ong Ong" est par exemple terriblement immédiate voire un peu trop facile, le genre de chanson faîte pour être reprise en cœur par des dizaines de milliers de fans. Mais cet album alterne également avec des titres moins évidents et plus sombres qui lui donnent de la consistance. L’influence du dernier album solo de Damon Albarn se fait sentir sur des titres contemplatifs comme "New World Towers" ou la magnifique "Pyongyang". C’est ce qui rend l’album à la fois beau et contemporain.

Loin de l’album nostalgique que de nombreux vieux groupes produisent régulièrement, "The Magic Whip" est un disque qui regarde le présent. Evidemment, Blur reste Blur et l’on sait maintenant que ce n’est plus avec ce groupe que l’on verra des innovations de la part de Damon Albarn. Il n’empêche que le groupe sait encore procurer du plaisir sans se singer lui-même. Après plus de 25 ans d’existence, c’est une belle réussite.

Graham Coxon, Alex James, Damon Albarn et Dave Rowntree

Graham Coxon, Alex James, Damon Albarn et Dave Rowntree

Commenter cet article

JEAN-PATRICK 01/05/2015 14:58

Et Alex en short!C'est vraiment le plus cool...Tout à fait ok quant à l'analyse de l'album, extra!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents